Organize your own trip with FairplayTrips. It's easy, free and useful. Start here
Tout pour bien préparer votre voyage à Rome
Hugues 'The Dude'3 years ago
3
0

Par Julo [CC BY-SA 3.0 ou GFDL], via Wikimedia Commons

 

Pour préparer nos voyages à Rome, nous avons parcouru des dizaines de sites Internet, lu plusieurs guides plus ou moins bien faits, et échangé avec les amis pour obtenir des conseils.

Nous allons donc vous faire profiter de cette somme de travail (qui est très agréable...), afin que vous puissiez préparer votre voyage bien à vous, sur mesure.

Ce billet s'adresse particulièrement :

  • soit à ceux qui ne sont jamais allés à Rome, et vont y passer un week-end de 3/4 jours ; Dans ce cas, et si vous êtes pressés, allez directement découvrir les sites immanquables.
  • soit à ceux qui y sont déjà allés et veulent approfondir leur visite, ou disposent d'un peu plus de temps pour profiter de la ville (4 à 8 jours). Ceux-là peuvent aussi découvrir la section des "autres sites à voir par quartier", pour sortir des sentiers battus.

En plus de tous les sites touristiques que nous présentons dans les 2 premières sections, vous trouverez aussi beaucoup d'informations pratiques dans lesquelles vous pourrez aller piocher dans un second temps.

 

Tout au long de la préparation de votre voyage, n'hésitez pas à utiliser l'outil FairplayTrips, sur lequel ce billet est hébergé. FairplayTrips agit comme un assistant de voyage, et vous permet de vous informer sur chaque lieu à visiter (du plus connu au plus obscur), de sélectionner les lieux qui vous intéressent et de les organiser à votre convenance. Lorsque vous avez construit votre voyage (en quelques clics), vous pouvez le partager avec vos compagnons de voyage pour valider son contenu.

 

Allez, en route ! Le plan du billet est le suivant :

  • Les sites immanquables à Rome, c'est-à-dire que vous "devez" visiter si vous n'êtes jamais allé à Rome (bien sûr, vous ne "devez" rien à personne, et rien ne vous oblige à les visiter, surtout pas moi...).
  • Les autres sites à voir par quartier, si vous avez un peu plus de temps que nos fameux 3 jours, si vous voulez découvrir Rome un peu plus en profondeur, si vous souhaitez faire les choses autrement, je balaie ici les lieux que nous avons aimés par zone géographique.
  • Se déplacer à Rome, car il est très important de comprendre comment circuler dans cette ville pour gagner du temps.
  • Réservation de billets pour les visites et Roma Pass, pour vous éviter les queues (si vous les détestez autant que moi...), et, peut-être, vous faire faire de menues économies...
  • Quoi faire / visiter avec les enfants, étant (encore) jeune papa, j'adore voyager avec ma fille, et lui faire découvrir des lieux qui vont à la fois l'amuser, l'instruire et parfois aussi la défouler (on a de l'énergie à revendre à son âge).
  • Où dormir ? Où manger ? Où sortir ?, tour rapide de la logistique romaine, que vous approfondirez par vous-même.

Bien sûr, tout cela reste très subjectif, même si je fais l'effort ici de ne pas mettre mes goûts (trop) en avant...

Les sites immanquables à Rome

Ce sont les sites que tout le monde connait, et qui sûrement motivent votre voyage à Rome. Chacun d'entre eux pris isolément mériterait à lui seul le déplacement, et votre problème sera plutôt de choisir quoi visiter (c'est-à-dire renoncer...) que de trouver des choses intéressantes à faire.

Dans cette partie, je vous propose de visiter ces "immanquables" de Rome en 3 jours, en essayant d'optimiser tant les déplacements que les visites. Pour ce faire, j'ai grossièrement divisé le centre de Rome en 3 parties : la Rome Antique (jour 1), la Rome Renaissance/Baroque (jour 2) et la Rome Vaticane (jour 3).

Les immanquables de la Rome Antique (Jour 1)

 

Un voyage à Rome sans visite du Colisée, c'est un peu comme une tarte à la crème sans... crème. Le Colisée à Rome est comme la Tour Eiffel à Paris, la Statue de la Liberté à New York ou Big Ben à Londres : c'est l'icone de la ville, son signe distinctif universel. Alors, si vous n'y êtes jamais allé, faites comme tout le monde (et surtout la myriade de touristes qui s'y pressent), c'est tout de même un site grandiose, et bien mis en valeur.

Par contre, réservation obligatoire pour éviter la queue. Si vous ne faites pas votre réservation à l'avance, il y a quand même quelques astuces comme acheter votre ticket au pied du Mont Palatin. A propos de logistique, l'accès au Colisée nécessite un billet dit combiné, qui inclut l'accès au Forum et au Mont Palatin (il n'y a pas de billets pour le Colisée seul). Cela tombe bien, car le Forum, bien qu'en ruines, est l'autre site incontournable (et mitoyen) de la Rome Antique.

Le Forum est le centre névralgique de la Rome Antique, empire s'étendant du Nord de l'Angleterre à l'Egypte. Les arches d'empereurs victorieux se succèdent, célébrant les plus hauts faits d'armes de l'Empire, malgré les dommages causés par le temps à la plupart des bâtiments. Si les Arcs de Titus et de Septime Sévère sont remarquablement conservés, le Temple de Vespasien ou la Basilique de Constantin sont à l'état de ruines.

Pour cette double visite (voire triple si on y inclut le Mont Palatin, que je ne saurais trop vous conseiller), un seul billet, et il faut prévoir de bonnes chaussures et une bonne demi-journée. On marche car il y a beaucoup de choses à voir, mais les lieux sont vraiment proches les uns des autres, comme on peut le voir sur la carte ci-après.

Lorsque vous aurez fait le tour du Forum et du Palatin, vous pourrez passer, outre le Circus Maximus, sur la Place du Capitole, conçue en grande partie par Michel-Ange, et considérée comme une des plus belles places de Rome (et croyez-moi, elle a de la concurrence...). La fameuse statue équestre de l'empereur stoïcien Marc-Aurèle trône en son centre (en fait c'est une copie), et, pour en voir l'originale, il vous faudra visiter le musée du Capitole, qui contient également une collection impressionnante de bustes d'empereurs romains, ainsi qu'une non moins impressionnante série de statues antiques retrouvées autour de Rome.

Nous avons ajouté à cette carte le Panthéon, autre joyau de la période antique. On est impressionné par la plus grande coupole de l'Antiquité (plus de 40 mètres). Comme le Duomo de Florence (construit 1500 ans après tout de même), elle vous offre ce sentiment magique d'une double œuvre, à la fois d'art et d'ingénierie. L'entrée du Panthéon est gratuite, ce qui ne gâte rien, même s'il est un peu plus loin des sites antiques. En fait le Panthéon peut se visiter en même temps que les sites de la période Renaissance/Baroque, car il se situe entre la Piazza Navona et la Piazza di Spagna.

 

 

Les immanquables de la Rome Renaissance et Baroque (Jour 2)

 

Après la Rome Antique, un certain nombre de sites de la période XV-XVIIIèmes siècles sont incontournables.

Tout d'abord, la fameuse Piazza Navona. Cette place immense, évidemment très fréquentée par les touristes comporte en son centre la fontaine des quatre fleuves du Bernin. Cette fontaine est un joyau absolu de l'art baroque, là encore elle vaudrait le voyage à elle toute seule.

Au gré de vos pas, en allant vers l'est, vous rejoindrez la Fontaine de Trevi, où il vous faudra succomber, non pas au charme d'Anita Ekberg, mais à une coutume locale : le visiteur souhaitant revenir à Rome jette dans la fontaine une pièce de monnaie du bras droit, en lui tournant le dos. La tradition prétend que le visiteur reviendra pour récupérer sa pièce. 

Toujours en profitant de votre balade à travers ces rues magiques, dirigez-vous vers la fameuse Place d'Espagne. Après vous être baigné avec Anita Ekberg, vous pourrez manger une glace avec Audrey Hepburn (ah ! Vacances Romaines...). Que de fleurs ! Que de touristes aussi ! Mais c'est incontournable si c'est votre première visite à Rome. Pour les plus chanceux, il y a plusieurs boutiques de luxe alentours, et pour les autres, le lèche-vitrine y est tout à fait toléré.

Pour ces 3 sites "de rue", évidemment, aucun billet n'est nécessaires. Par contre, la Galerie Borghèse, elle, nécessite bien plus de préparation. Réservation obligatoire ! Ne comptez pas acheter un billet sur place, il faut vous y prendre à l'avance (toutes les informations nécessaires sont sur la fiche FairplayTrips de la galerie). Mais alors, quelle récompense ! Vous y découvrirez les marbres du Bernin, notamment le Rapt de Proserpine, merveille de la sculpture baroque, mais aussi la sensuelle Pauline Borghèse de Canova, ainsi qu'une impressionnante collection de peintures de Raphaël, Caravage, Titien, Rubens ou Bruegel l'ancien. Les contraintes de visite limitent fortement le nombre de touristes, et vous profitez du spectacle agréablement (attention, visite de 2h maximum !).

Avant ou après votre visite à la galerie, profitez des jardins de la Villa Borghèse, gratuits et très agréables.

 

 

Les immanquables du Vatican (Jour 3)

 

Littéralement état dans l'état, le Vatican est un des lieux au monde qui concentre le plus de richesses artistiques. Pour en profiter relativement confortablement, il convient de passer au moins une petite journée pour découvrir le site. Les musées du Vatican sont un authentique sanctuaire de la peinture italienne (Fra Angelico, Raphael, Le Titien, Le Caravage...)., mais aussi de sculptures (remontant jusqu'à l'Antiquité) et d'œuvres plus modernes (Rodin, Van Gogh, Chagall, Kandinsky, Picasso ou Matisse).

Bien évidemment, les musées vous offriront l'opportunité de visiter la Chapelle Sixtine, œuvre iconique de Michel-Ange. D'un point de vue logistique, vous pouvez réserver vos billets directement sur le site du musée. Sinon, queue immense, dès le matin.

A la sortie du Musée, vous pouvez vous rendre à la Basilique Saint-Pierre, et continuer d'admirer l'œuvre de Michel-Ange, sa fameuse Pietà. L'ensemble de la basilique, et bien sûr la place Saint-Pierre, vous impressionneront par leur perfection architecturale et leur gigantisme. Pour ceux qui envoient encore des cartes postales, vous trouverez sur la place Saint-Pierre, la poste du Vatican.

En dehors du Vatican, mais très proche se trouve le Château Saint-Ange, que vous pouvez au moins admirer de l'extérieur (si vous êtes pressé). Si vous décidez d'y monter, vous aurez une très belle vue sur Rome (il y en a d'autres plus loin dans ce billet...), et vous aurez accès à un musée qui, soyons honnête, ne m'a pas laissé un souvenir impérissable (surtout après ceux du Vatican).

 

 

Avec tous ces "immanquables", vous avez de quoi bien occuper un week-end découverte de 3 jours, sans trop forcer : Rome Antique le premier jour, Rome Renaissance/Baroque le deuxième et le Vatican le troisième (qui ne doit pas être un dimanche !). Nous avons même pu atterrir le premier jour (matin) et redécoller le dernier (soir), donc le programme ci-dessus est "réalisable" (avec l'enthousiasme de l'amoureux de Rome bien entendu ;-).

Maintenant que nous savons quoi visiter en priorité pour ne pas manquer l'essentiel, voyons voir s'il y a moyen d'aller plus loin. Car il y a bien plus à faire à Rome que ces lieux touristiques majeurs...

Access this trip and all its information in the palm of your hand, everywhere

It's simple: install FairplayTrips in your smartphone, and clone this trip.

It's free, handy and without advertising of any kind.

You'll have access to your own personal guide, to view:

  • Your selected places of visit (address, description, photos...).
  • The map of your trip available anytime, without connection.
  • A conversation guide with all useful phrases to travel abroad.

Just clone this trip, adapt it to your own tastes and... have a nice journey!

Aller plus loin - Rome par ses quartiers

Rome, ce n'est pas que le centre historique, mais c'est aussi une ville qui vit au jour le jour, avec ses touristes certes, mais aussi ses habitants. Je vous propose un rapide tour des choses à voir quartier par quartier, pour que vous ayiez une vision un peu globale de la ville.

Le Centre : encore quelques petites choses à voir...

Nos immanquables sont tous dans ce que j'ai appelé le "centre" de Rome : le triangle Vatican - Villa Borghèse - Palatin. Avant d'explorer les autres quartiers, parfois éloignés de ce centre, il nous reste quelques lieux d'intérêt à y considérer, si on a un peu plus de temps que trois jours.

 

Si vous allez sur la piazza Venezia (c'est un point très central de Rome, on y passe généralement plusieurs fois), vous ne pouvez pas manquer le Vittoriano, ou monument à Victor Emmanuel II, ou encore la "machine à écrire" comme le surnomment les italiens... Qu'on l'adore ou qu'on le déteste, il est immanquable (au sens visible...) à Rome. Vous pouvez monter sur le toit du bâtiment pour une vue panoramique de Rome par un ascenseur (7€ par personne), et, rendons à César ce qui lui appartient, la vue est vraiment impressionnante. Tout à coté, ne manquez par la Colonne de Trajan, qui célébrait les victoires de l'empereur Trajan sur les Daces (peuple des Carpates), et a été érigée en 113 ap. J.C. A noter que Trajan a dirigé l'empire romain le plus étendu de l'histoire, il n'aura jamais été aussi grand qu'à son époque, et ne le sera plus jamais par la suite...

Un peu plus vers le sud-ouest, vous pouvez vous balader dans le Ghetto de Rome, le quartier juif. Pas de bâtiment à voir en particulier, juste une balade qui peut se prolonger dans le Trastevere, de l'autre coté du Tibre (voir plus bas). Beaucoup de bons restaurants, la cuisine romaine devant beaucoup à la cuisine juive.

Et remontant vers le nord, et si vous aimez les chats, je vous propose une petite curiosité de Rome : la place aux chats, de son vrai nom Largo di Torre Argentina. Les habitants recueillent et nourrissent les chats abandonnés sur cette place, qui abrite également les ruines de 4 temples, dont, il faut bien l'admettre, il ne reste pas grand chose. C'est par ailleurs sur cette place qu'a été assassiné Jules César en 44 avant J.C., par un groupe de sénateurs. Une vraie curiosité de Rome vous ai-je dit...

Si vous vous sentez l'âme patriote, vous pouvez aller faire un tour du coté du Palais Farnèse, l'ambassade de France à Rome. Inutile d'y aller le 14 juillet, les titulaires de la carte d'identité française n'y sont plus les bienvenus, même si des célébrations ont encore lieu ce jour là dans les alentours. Visites possibles en réservant longtemps à l'avance, si le cœur vous en dit.

Si vous aimez les palais de princesse, et que vous êtes sur Rome un samedi matin, alors je peux vous conseiller le Palais Colonna, à quelques minutes de la piazza Venezia. Il ne se visite que le samedi matin (9h - 13h15), mais se veut être un des trésors cachés de Rome. Dans la galerie d'art, vous pourrez y découvrir des œuvres du Tintoret, de Guido Reni, du Guerchin, et bien d'autres maitres des périodes Renaissance et Baroque. Mais c'est surtout l'architecture somptueuse (même pour Rome) du palais qui vous impressionnera, avec ses fresques aux murs et aux plafonds, et ses meubles d'époque. Vous pourrez visiter les appartements d'une vraie princesse du XXème siècle, Isabelle Colonna, avec un faste similaire. Par contre la visite n'est pas donnée, comptez 25€ par personne si vous voulez tout visiter avec un guide. Mais les rêves de princesses ont-ils un prix ?

Si vous n'avez pas été rassasié par les œuvres de la galerie Borghèse, vous pourrez continuer d'étancher votre soif artistique à la Galleria Doria-Pamphilj, autre musée abritant des joyaux du Tintoret, du Bernin, du Lorrain ou encore du Caravage ou Velasquez. Quant au palais, les nostalgiques de Versailles y trouveront une galerie des glaces (l'original restant irremplaçable), et on peut découvrir en son centre un petit jardin/cloitre très agréable.

En remontant vers le nord-est, vous découvrirez le palais du Quirinal, résidence du Président de la République Italienne. La Palais se visite en partie (il est immense) le dimanche matin, de 8:30 à midi, contre la modique somme de 10€. Vous pouvez peut-être vous contenter d'admirer le palais de l'extérieur, notamment sur la piazza del Quirinale où vous pourrez également découvrir l'Obélisque du Quirinal, ramené d'Egypte au Ier siècle.

Toujours vers le nord-est, vous trouverez enfin le Palais Barberini, autre palais dédié à l'art de la Renaissance et de la période Baroque (encore un, mais honnêtement, on ne s'en lasse pas !). Le Caravage, Raphaël, Le Guerchin et autres maitres peuplent les salles de ce palais magnifique du XVIIème siècle. Par contre, plusieurs visiteurs se sont plaints que les salles n'étaient pas toujours toutes ouvertes (pour cause de "manque de personnel"), et que certains tableaux (du Caravage notamment) étaient parfois manquants, prêtés à d'autres musées.

 

 

Trastevere - Janicule

Le Trastevere (littéralement "de l'autre coté du Tibre" le fleuve de Rome) est un quartier à l'ouest du centre historique et au sud du Vatican. Le Janicule est une colline qui se trouve dans le Trastevere, et qui donne un magnifique point de vue sur Rome (voir la section 'à faire avec les enfants' un peu plus loin).

 

Le Trastevere est un quartier plus populaire que la très chic place d'Espagne, apprécié des touristes et offrant une vie sociale (restaurants, bars) plus chaleureuse que le centre historique. Accéder au Trastevere à pied depuis le centre historique est facile, mais par contre le métro n'y passe pas. Donc bus obligatoire si vous voulez utiliser les transports en commun.

Au centre du Trastevere se trouve la Piazza Santa Maria in Trastevere, sur laquelle se trouve la magnifique basilique Santa Maria in Trastevere. A l'intérieur, ses mosaïques racontent certaines scènes de la Bible et de la vie de la Vierge Marie, dans un style qui m'a semblé plus byzantin que romain (désolé, je n'ai pas fait histoire de l'art...).

Autre église à voir dans le quartier, Sainte Cécile du Trastevere. On est ici dans un style baroque (classique à Rome), et l'église se situe à l'endroit de l'anicienne maison de Sainte Cécile, martyre romaine du christianisme au IIIème siècle ap. JC. Bon point de départ pour une balade, mais pas indispensable à mon humble avis...

Lorsqu'on se rapproche du Janicule, on peut accéder au Jardin Botanique de Rome (Orto Botanico), qui étaient en fait les jardins du Palais Corsini. Le jardin abrite plus de 8000 espèces de plantes, et est un îlot de calme à Rome. Le prix de 8€ (4€ pour les moins de 12 ans) de la visite me parait par contre un peu cher... De plus, vous pouvez avoir une aussi belle vue de Rome gratuitement en montant plus haut sur le Janicule (voir la section 'à faire avec les enfants' un peu plus loin).

Si vous aimez vous tenir à l'écart des foules, je vous conseille plutôt, dans un style très différent certes, la Villa Farnesina, pas bien loin. Pour passer un moment intime avec Raphaël (pas le chanteur, mais le peintre !), ce musée propose 5 salles décorées de ses fresques. La visite est rapide (moins d'une heure), mais vous pouvez profiter également du joli jardin attenant. Par contre, attention aux horaires, de 9h à 14h (et fermeture le dimanche).

En remontant sur le Janicule, vous pouvez profiter d'un point de vue unique sur Rome et, un peu plus loin, d'un des plus grands parcs de Rome, la Villa Doria Pamphilj. Encore une fois, on détaille un peu plus ces lieux dans la section 'à faire avec les enfants'. Par définition, le Janicule est une colline, qui monte... Si vous voulez un peu d'aide, je vous conseille le bus 870, qui part près du château Saint-Ange, et remonte jusqu'à l'entrée de la Villa Doria Pamphilj, en passant par le col du Janicule, là où la vue est si belle... Voir le site interactif d'Atac (transports de Rome) pour plus de détails.

Le Trastevere est aussi connu pour ses restaurants, et il y en a pléthore autour de la Piazza Santa Maria in Trastevere. Nous développons les restaurants dans la section 'Où manger' un peu plus loin.

 

 

Nord de Rome - Parioli

Parioli désigne le quartier de Rome qui se trouve au nord de la Villa Borghèse. Quartier bourgeois, il abrite quelques sites intéressants de la capitale. Par contre, il n'est pas particulièrement central, et s'y rendre nécessite généralement de recourir à des bus ou des trains régionaux, en plus du métro.

 

La Villa Borghèse abrite également la galerie nationale d'art moderne et contemporain, qui possède une collection impressionnante d'œuvres couvrant les XIXème et XXème siècles : Courbet, Degas, Monet, Cézanne, Van Gogh, Klimt, Duchamp, Braque, Kandinsky, Mondrian, Modigliani, de Chirico... De plus, comparée à la foule dans les lieux plus touristiques, la fréquentation du musée reste très raisonnable au vue de sa richesse. Si vous aimez l'art de cette période, je ne peux que vous le conseiller.

Un peu plus loin, nous pouvons remonter à la naissance de Rome avec le Musée national étrusque de la villa Giulia. Si Rome n'était pas pourvu d'un patrimoine culturel et archéologique aussi riche, ce musée serait naturellement un immanquable de la destination. Le passionné d'archéologie qui sommeille en vous (si si !) va pouvoir admirer les objets du quotidien qu'utilisaient les étrusques, fondateurs de Rome (avec Romulus et Rémus bien sûr). Une riche collection de bijoux antiques est également présentée, le tout dans un site magnifique (la villa Giulia et ses jardins), relativement épargné par la foule des touristes.

Ici, nous pouvons mentionner le musée des enfants Explora, dont on reparle plus en détails dans la section 'à faire avec les enfants'.

Lorsque vous remontez vers le nord (prenez le tramway, ligne 2, depuis la Piazza del Popolo), vous trouvez le musée d'art contemporain MAXXI (arts du XXIème siècle), réalisé par l'architecte Zaha Hadid. Si l'architecture est très originale, la collection permanente est un peu décevante. Si les expositions temporaires sont intéressantes lors de votre séjour, alors, pour peu que vous soyez sensibles à l'art contemporain, cela vaut un petit déplacement.

Pas très loin du MAXXI se trouve l'Auditorium Parco della Musica, conçu par Renzo Piano. Je n'ai pas pu juger de l'acoustique, mais tous les retours que j'ai eus ont été très positifs. Si vous avez l'occasion d'aller écouter un concert ou un opéra dans l'une des 3 salles, cela peut vous faire un joli souvenir en plus de votre séjour à Rome.

Plus à l'est, vous arrivez dans la Villa Ada, deuxième plus grand parc de Rome après la Villa Doria Pamphilj. Le parc est très bien entretenu, et vous permet de pique niquer, de vous balader ou faire du sport. Vous êtes ici vraiment loin des touristes, et encore une fois pas trop loin de la Piazza del Popolo en transports en commun : de la station Flaminio (près de la Piazza del Popolo) vers la station Campi Sportivi (près de l'entrée de la Villa Ada) en prenant le train régional Roma-Viterbo (4 arrêts, un train toutes les 10 min. à peu près dans la journée).

Si vous traversez le parc, vous arriverez tout près de la Catacombe de Priscille, dont l'entrée se fait par le couvent des Sœurs Bénédictines de Priscille. Beaucoup de martyrs y sont enterrés, et les décorations funéraires sont remarquablement préservées. On l'appelle ainsi la reine des catacombes, (regina catacumbarum), et beaucoup la considèrent plus intéressante à visiter que celles de la Via Appia. Pour en repartir, vous pouvez prendre le bus 310 qui vous ramène à Termini.

Je mentionne finalement le MACRo (Museo d'Arte Contemporanea), mais pas nécessairement pour vous le conseiller. A moins que vous ne soyez un féru d'art contemporain (ce que je ne suis pas), il me semble que le MAXXI est plus accessible. Donc, à vous de voir...

 

 

Sud-ouest de Rome - Aventino - Ostiense - Testaccio - EUR

Ce que nous appelons ici le sud-ouest de Rome commence au Sud du Palatin, en longeant plus ou moins le Tibre. La plus méridionale des 7 collines de Rome est l'Aventin (Aventino en italien), et se trouve tout à coté du Cirque Maximus. Une attraction très connue de Rome est la Bocca della Verità, qui plait généralement aux plus jeunes (voir 'à faire avec les enfants'). Ce monument original, tête dans la bouche de laquelle on peut glisser sa main, est entouré de sites intéressants.

Tout d'abord, l'église qui l'abrite : Santa Maria in Cosmedin. Eglise d'inspiration byzantine, elle est liée à la communauté grecque (catholique, et non orthodoxe...) depuis le VIIème siècle. Elle vaut par son campanile très caractéristique, et aussi une mosaïque provenant de l'ancienne basilique Saint Pierre.

La Piazza Bocca della Verità a en fait été établie sur le lieu de l'ancien Forum Boarium (le marché aux bœufs), premier forum historique de Rome. On y trouve donc plusieurs monuments antiques très bien conservés : le Temple d'Hercule Victor (victorieux) et le Temple de Portunus directement sur la place, puis, un peu plus loin, les Arches de Janus et de Septime Sévère (cette dernière est accolée à l'église Saint-Georges de Vélabre - et ce n'est pas celle du Forum Romanum). Sur la Piazza Bocca della Verità, vous pouvez également admirer la jolie Fontaine des Tritons, datant elle du XVIIIème siècle et d'inspiration baroque.

 

En allant plus avant sur l'Aventin (et donc en montant courageusement !), on trouve 2 jardins qui peuvent faire l'objet d'une promenade : la roseraie de Rome, qui n'est ouverte qu'aux alentours des mois de mai et juin (pour la floraison) et dispose de plus de 1000 variétés de roses, et le Giardino degli Aranci (ou Parco Savello), jardin planté d'orangers, qui vous offre une vue de Rome éblouissante.

Un peu plus loin, vous pouvez admirer l'imposante Basilique Santa Sabina, sûrement une des plus vieilles églises de Rome. Sa porte serait celle d'origine (datant du Vème siècle), et son intérieur assez dépouillé (pour Rome...) est apaisant. Juste à coté, vous trouvez une des curiosités de Rome, le trou de serrure de la Villa du prieuré de Malte. Par ce trou de serrure, vous pouvez apercevoir 3 pays en même temps (évidemment l'Italie romaine, la Basilique Saint-Pierre du Vatican, et la villa elle-même qui appartient à l'Ordre Souverain de Malte considéré comme une organisation souveraine). C'est une vue similaire que celle que vous avez depuis le Parco Savello, le coté original en plus.

Si vous continuez plus au sud, vous arriverez dans le quartier du Testaccio. Quartier peu touristique, il abrite quelques monuments, rappelés ici plus par souci d'exhaustivité (relative) que par enthousiasme débridé. La Pyramide de Cestius ou la porte San Paolo ne sont pas des incontournables. Dans la journée, profitez plutôt de la vie "à la romaine" qui s'y déroule, notamment du marché du Testaccio, qui se trouve sur la piazza Testaccio (et dans un marché couvert attenant).

Dès la nuit tombée, le Testaccio fait honneur à sa réputation de lieu "hip", centre nocturne de la ville éternelle. Restaurants, bars et boites de nuit y sont très fréquentés par les romains, sauf en juillet et en août où une partie non négligeable des établissements nocturnes ferment. Pendant les deux mois d'été, le centre de gravité de la vie nocturne a tendance à se déplacer près de la côte, vers le Lido...

Toujours en allant vers le sud-ouest, vous tomberez sur le Centrale Montemartini (aussi accessible en métro, ligne B, arrêt Garbatella). Lieu improbable, où des collections de sculptures grecques et romaines (issues du musée du Capitole) sont exposées dans une ancienne centrale thermique. Ce mélange d'œuvres antiques et de site industriel du XIX/XXème siècle n'est pas sans charme, sans atteindre la réussite d'un musée comme Orsay à Paris (construit lui dans une ancienne gare). Le quartier de Garbatella, développé à partir des années 1920, est typique d'une atmosphère typiquement romaine. Pour en avoir un aperçu bien plus juste que des mots, allez voir un extrait du film de Nanni Moretti, Journal Intime...

En suivant notre route méridionale, mais aussi l'échelle du temps, nous arrivons au quartier dit EUR. Le quartier EUR (pour Esposizione Universale di Roma, Exposition Universelle de Rome) est une création de l'Italie fasciste de Benito Mussolini, en vue d'accueillir l'exposition universelle de 1942 (qui n'aura jamais lieu pour cause de seconde guerre mondiale).

Le quartier est une curiosité architecturale et historique, dont le point d'orgue est le Palais de la civilisation italienne, appelé aussi Colisée carré. Le musée de la civilisation romaine, lui aussi créé pour le même événement, est fermé depuis le 31 décembre 2014. Autre lieu à voir de l'extérieur, le Palazzo dei Congressi abrite aujourd'hui différentes expositions et événements, et a servi de cadre à des épreuves des Jeux Olympiques de 1960. Enfin, le musée de la préhistoire et de l'ethnographie Luigi Pigorini peut être une visite intéressante si vous avez déjà épuisé les musées plus connus du centre de Rome, ou si vous êtes passionné par l'ethnologie. Le musée rassemble en effet une riche collection d'objets issus des 5 continents, notamment d'Océanie et d'Afrique. Si vous en avez un peu assez de la foule, vous ne serez pas ici trop perturbé par les touristes...

 

 

Via Appia

Au sud de Rome se trouve la Via Appia, dont la construction a commencé il y a près de 24 siècles. Aux temps antiques, elle reliait Rome à Brindisi et était surnommée Regina Viarum ("la reine des voies"). Elle part de la Porta San Sebastiano, puis traverse ce qui est désormais le Parc Régional de la Via Appia.  Cette portion de la route est très riche en vestiges antiques, et est également un lieu de balade très agréable. Historiquement néanmoins, la route partait près des Thermes de Caracalla, qui peuvent être intégrés à cette visite. En effet, le billet des Thermes est jumelé avec le Mausolée de Cécilia Metella et la Villa des Quintili, le tout pour 6€. Le site des Thermes est remarquablement conservé, et frappe par sa grandeur (il y avait une piscine de taille olympique !). 6000 romains pouvaient s'y délasser et y faire de l'exercice chaque jour. A voir évidemment, d'autant plus qu'il y moins de foule qu'au Colisée ou au Forum.

 

Lorsque vous partez du mur d'Aurélien par la Porta San Sebastiano, le premier monument que vous allez rencontrer est l'église Domine Quo Vadis (Santa Maria in Palmis). Son surnom signifie "Seigneur, où vas-tu ?", phrase qui aurait été prononcé par Saint-Pierre à Jésus Christ, dont il aurait eu une vision à l'endroit où a été construite l'église (celle d'aujourd'hui date du XVIIème siècle).

A ce stade, vous pouvez entrer dans le Parc de Caffarella, où vous trouverez quelques vestiges romains, où continuer sur la Via Appia, en direction de la catacombe de Saint-Calixte. Longue de 20 km, la catacombe est considérée comme le premier cimetière de l'Eglise. 15 Papes y sont enterrés, et on peut en visiter une partie. Si la visite de la Via Appia en général peut se faire avec des enfants (sportifs...), les catacombes ne conviendront peut-être pas aux plus jeunes. En continuant toujours sur la Via Appia, vous trouverez d'autres catacombes dites de San Sebstiano, à coté de la Basilique Saint-Sébastien-hors-les-Murs. Cette basilique dans sa forme actuelle date du XVIIème siècle, et abrite une pierre portant les présumées traces de pas de Jésus lorsque Pierre le rencontra près de l'église Domone Quo Vadis.

Un peu plus loin, toujours en longeant la voie antique, vous apercevrez le Cirque de Maxence, où se déroulaient des courses de chars ou de chevaux. Réservé à la famille impériale, il a été créé au IVème siècle par l'empereur Maxence et dédié à son défunt fils Valérius Romulus. Ses vestiges sont bien mieux conservés que ceux du Circus Maximus près du Palatin, et valent un détour pour les amoureux de sites antiques.

En continuant toujours vers le sud-est, on rencontre le mausolée de Cécilia Métella, fille d'un consul de Rome et surtout belle-fille de Crassus, le richissime membre du premier triumvirat (avec Jules César et Pompée) au moment du basculement de Rome de la République vers l'Empire. Le mausolée, entre temps enrichi de fortifications à cause de son positionnement stratégique, est le monument le mieux conservé de la Via Appia.

Après le mausolée, vous pourrez admirer un site archéologique nouvellement ouvert, et dont l'accès est gratuit : le Capo di Bove. Il s'agit d'une villa et de thermes, bien conservés. Après une bonne marche, vous trouverez la Villa des Quintili, demeure des frères Quintilii, qui furent consuls de Rome au milieu de IIème siècle. N'étant plus en odeur de sainteté à l'ère de l'empereur Commode (le fils de Marc Aurèle), ce dernier intégra cette demeure au patrimoine impérial. Bien mal acquis ne profite jamais, et Commode y sera assassiné quelques années après. Le site est bien préservé et de jolies mosaïques sont encore visibles.

En termes logistiques : il y a vraiment une bonne marche entre le Capo di Bove et la Villa des Quintili. Donc n'hésitez pas à louer des bicyclettes (voir plus bas sur la carte) ou à "couper" et arriver directement au site par le bus 664, qui vous ramène à la station Coli Albani du métro A (de là, vous êtes directement à Termini). De plus, l'entrée se fait plutôt coté Via Appia Nuova, même si j'ai entendu dire que vous pouviez appeler pour vous faire ouvrir la grille coté Via Appia Antica (comme je n'ai pas essayé, je préfère vous prévenir...).

Sur place, vous pouvez louer des bicyclettes pour accélérer les trajets entre les différents sites à visiter. Je vous indique quelques loueurs de bicyclettes sur la carte ci-dessous, en plus des lieux importants de la Via Appia. Par contre, je vous recommande chaudement de porter un casque si vous faites du vélo, car la Via Appia est parfois pavée de manière irrégulière, et une chute est toujours possible.

 

 

Est de Rome : Monti, Esquilin, San Lorenzo, Il Pigneto, Caelius et Latran

Le quartier du Monti/Esquilino à Rome se trouve à l'est du Forum Romanum. C'est un quartier que vous visiterez sûrement si votre hôtel se trouve près de la gare Termini. Et vous y trouverez quelques perles, notamment l'une des 4 basiliques dites majeures de Rome, Santa Maria Maggiore. Cette basilique, construite à partir du IVème siècle, a été enrichie de trésors jusqu'au XVIIème siècle. A l'extérieur, vous pourrez admirer sa façade baroque, ainsi que l'Obélisque du mausolée d'Auguste (coté Via Cavour). A l'intérieur, les mosaïques méritent plus qu'un détour, une visite à part entière.

Un peu plus au Nord se trouve le plus important musée d'art antique de Rome, dans le Palazzo Massimo Alle Terme (entre les Thermes de Dioclétien et la gare Termini). Si vous souhaitez (re)découvrir l'art antique, ce musée est d'une richesse incomparable. Sur 4 niveaux, vous découvrez des statues gréco-romaines magnifiquement conservées, des pièces d'art issues de villas romaines (notamment de l'antique Villa Farnesina), ainsi qu'une collection de pièces de monnaie remontant jusqu'aux origines de Rome. A noter que le billet couvre en plus du Palais Massimo 3 autres sites (le musée des Thermes de Dioclétien, la Crypta Balbi et le Palais Altemps) qui font partie du Musée National Romain. Vous n'êtes pas obligé de faire les 4 musées (surtout qu'à 7€, le musée du Palais Massimo est déjà très honnête), mais, si vous souhaitez en ajouter un, je vous conseille personnellement le Palais Altemps (pas très loin du Château Saint-Ange), avec sa cour intérieure majestueuse et toujours sa collection de statues remarquablement conservées.

En suivant la Via Cavour, vous tomberez sur la basilique Saint-Pierre-aux-Liens, qui doit son nom aux chaines qui ont emprisonné Saint Pierre à Jérusalem, et qui sont conservées sous l'autel. Mais la pièce majeure est le marbre de Michel Ange représentant Moïse, qui orne le tombeau du Pape Jules II. La composition, prévue pour être gigantesque (plus de 40 statues), a été complétée par les élèves du maitre dans une version moins ambitieuse. La statue de Moïse néanmoins permet à Michel Ange de démontrer encore une fois la précision de son art des corps et des matières, et mérite votre visite.

 

Comme dit plus haut, si votre hôtel est situé près de Termini, les 3 lieux ci-dessus valent vraiment une visite, même rapide.

En continuant vers l'est depuis le Colisée, vous tombez sur la Basilique Saint-Clément du Latran, construite au IVème siècle, brulée (par les Normands) au XIème, puis reconstruite au XIIème. Sa particularité est ainsi de proposer 3 niveaux liés à son histoire : aux niveaux inférieurs se trouvent des éléments du temple païen d'origine consacré à Mithra (vers le Ier-IIème siècle), ainsi que la première église, du IVème siècle, et enfin, au niveau où l'on entre aujourd'hui, se trouve l'église construite au XIIème siècle. Les mosaïques du haut moyen-âge sont assez impressionnantes.

Toujours plus à l'est se trouve la fameuse Archibasilique de Saint-Jean-de-Latran, une autre des 4 basiliques majeures de Rome. On y trouve des fastes seulement surpassés par ceux de Saint-Pierre au Vatican, ce qui n'est guère étonnant vu que le Palais de Latran voisin fut la résidence des Papes pendant 10 siècles (du IVème au XIVème siècle) et que la basilique fut édifiée par Constantin avant la construction de Saint-Pierre. Sa version actuelle date du XVIIème siècle, et épouse le style baroque. Si vous visitez la basilique, fendez vous de 2€ pour visiter le cloitre, avec ses magnifiques jardins et ses colonnes doriques.

Un peu plus au sud, vous arriverez à l'église Saint-Etienne-le-Rond (Santo Stefano Rotondo), qui a pour particularité d'être circulaire. Si vous aimez les églises (vous avez bien choisi votre destination à Rome...), alors la proximité d'avec Saint-Jean-de-Latran peut valoir une visite. Si vous êtes pressé par le temps, alors peut-être pouvez vous écarter celle-ci...

Encore plus à l'est, de l'autre coté de la gare Termini se trouve la quartier San Lorenzo. Adjacent à la plus grande université d'Europe (La Sapienza, 148 000 étudiants), le quartier propose aujourd'hui une vie nocturne riche, où les étudiants croisent des artistes et autres citadins branchés. Vous y trouverez beaucoup de bars (et notamment à vin), de restaurants et de boites de nuit, notamment aux alentours de la piazza dell'Immacolata.

La dernière attraction que je vous propose vers l'est est la visite des studios Cinecittà, si chers à Fellini. C'est assez loin du centre de Rome, mais en fait il ne faut compter qu'une quinzaine de minutes en métro depuis Termini (métro ligne A, arrêt Cinecittà), et l'arrêt se trouve juste à l'entrée des studios. C'est une visite incontournable pour les cinéphiles, qui prendra à peu près 2h. Attention, 2 types de billets (avec et sans les décors extérieurs) sont disponibles, à des prix plutôt élevés (20€ pour un billet adulte avec la visite guidée). Malgré le prix, si vous décidez d'y aller, prenez la visite complète avec visite guidée des décors extérieurs, vous pourrez admirer les décors de la série Rome ou ceux de Gangs of New York de Martin Scorcese. Sinon, vous pouvez comprendre, dans l'exposition libre, la construction d'un film, ainsi que l'histoire de Cinecittà (mention spéciale à Fellini, une salle lui est consacrée).

 

 

Se déplacer à Rome

Si vous restez dans le centre historique, grosso modo entre la gare Termini, le Capitole, le Vatican et la Villa Borghèse, vous n'aurez que peu besoin des transports en commun. Néanmoins, vous arriverez sûrement en avion à un des deux aéroports de Rome (Fiumicino ou Ciampino), et là, il vous faudra rejoindre le centre ville.

Les trajets aéroports - centre ville

 

 

Comme on le voit sur la carte ci-dessus, les 2 aéroports internationaux desservant Rome sont respectivement à 30 km (Fiumicino) et 15 km (Ciampino) du centre. Pour relier l'aéroport au centre ville, vous avez plusieurs choix :

  • Le train
  • Le bus
  • La voiture

 

Trajet Rome <-> Aéroport de Fiumicino

Par train - Leonardo Express (opéré par Trenitalia) - Roma Termini <-> Fiumicino
Plein tarif : 14€ l'aller simple, 28€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 13 ans ou plus).
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins, ainsi que pour les enfants de 12 ans ou moins accompagnés d'un adulte (un adulte par enfant, sinon le plein tarif s'applique).
Le trajet dure 32 minutes, avec un train au maximum toutes les 30 minutes (plus aux heures de pointe).
Horaires : départ de Roma Termini  entre 5:50 et 22:50, départ de Fiumicino entre 6.38 et 23.38 (vérifié en mars 2015). Opère tous les jours de l'année.
Attention, si vous allez sur le site Trenitalia, vous pouvez trouver, en plus du Leonardo Express, le Frecciargento, qui relie l'aéroport à Termini. Ce train met le même temps, mais est juste plus cher (notamment pour les enfant de 12 ans ou moins).

Par train - Train régional FL1 (opéré par Trenitalia) - Roma Trastevere, Ostiense, Tiscolana, Tiburtana <-> Fiumicino (source: https://www.adr.it/pax-fco-treno-collegamenti)
Plein tarif : 8€ l'aller simple, 16€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 13 ans ou plus).
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins, ainsi que pour les enfants de 12 ans ou moins accompagnés d'un adulte (un adulte par enfant, sinon le plein tarif s'applique).
Le trajet dure 27 minutes jusqu'à Trastevere, 31 minutes jusqu'à Ostiense, 41 minutes jusqu'à Tuscolana et 48 minutes jusqu'à Tiburtina, avec un train au maximum toutes les 15 minutes en journée (30 minutes le soir).
Horaires : départ de Fiumicino entre 5:58 et 22:28 (vérifié en mars 2015). Horaires moins réguliers les week-ends. Plus de détails ici.
Attention, ce train ne passe pas par Roma Termini (et beaucoup d'hôtels se trouvent autour de Termini).

Par bus - TerravisionRoma Termini <-> Fiumicino
Plein tarif : 6€ l'aller simple, 11€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 4 ans ou plus). Promo Internet si réservation à l'avance : 4€ l'aller simple, 8€ l'aller-retour sur terravision.eu.
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins.
Attention : temps de trajet variable, et surtout aucune garantie de pouvoir partir à l'heure indiquée sur votre réservation (premier arrivé, premier servi, parfois beaucoup d'attente aux heures de pointe). Terravision n'est vraiment pas cher, mais beaucoup de retours mitigés sur le service. Voir cette file de discussion pour quelques avis...

Par bus - Sitshuttle - Roma Termini ou Vatican <-> Fiumicino
Plein tarif : 6€ l'aller simple, 11€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 4 ans ou plus).
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins.
Attention : remarques similaires à Terravision, temps de trajets jusqu'à 1:20 (en fonction des horaires), même politique de "premier arrivé, premier servi". Arrêt supplémentaire près du Vatican, mais, si vous repartez (direction Rome -> Fiumicino), l'arrêt Vatican est après l'arrêt Termini et il se peut qu'aux heures de pointe vous n'ayiez presque plus de place à l'arrivée du bus. Quoiqu'il arrive, prévoir un bon délai pour le retour.

Par bus - CotralRoma Termini ou Tiburtina <-> Fiumicino
Tarif unique : 5€ l'aller simple si acheté chez un revendeur (Autogrill ou Ferretti Tobacconist à l'aéroport), 7€ si acheté directement dans le bus.
Horaires : 8 trajets par jour (d'1h environ), dont 4 la nuit. Détails ici.
Assez peu de retours sur Cotral, n'hésitez pas à en laisser si vous utilisez ce service.

Par voiture - Taxi - Rome intra-muros (à l'intérieur du mur d'Aurélien) <-> Fiumicino
Prix fixe : 48€, jusqu'à 4 passagers avec bagages.
Vous pouvez être déposé où vous souhaitez dans l'enceinte de Rome, délimitée par le mur d'Aurélien.

Par voiture - Transfert privé
Le transfert privé consiste à réserver pour vous seul (avec vos compagnons de voyage bien entendu) une voiture qui vient vous chercher à l'aéroport et vous dépose directement à votre hôtel (et vice-versa pour le retour). Le prix varie généralement en fonction du nombre de passagers.
A titre indicatif, nous mentionnons la société Rome Shuttle Limousine, qui propose des tarifs qui peuvent être intéressants par rapport au taxi (surtout que vous n'aurez pas à faire la queue pour attendre un taxi).
Exemple de tarifs : 45€ pour 1 à 3 personnes, bagages inclus - 55€ jusqu'à 5 personnes, etc. (voir le site pour plus d'infos). Surcoût de 5€ pour les transferts entre 21:00 et 6:00. 5€ de réduction si vous réservez l'aller-retour. Les paiements peuvent se faire en espèces ou carte bancaire dans la voiture.

Par voiture - Transfert partagé
Le transfert partagé consiste à réserver une voiture (ou plutôt un mini-van) pour plusieurs personnes ne voyageant pas ensemble. La voiture peut embarquer ses passagers autour d'un lieu (ici l'aéroport) par exemple en allant dans plusieurs terminaux. De même à l'arrivée, les passagers sont déposés dans l'ordre qui optimise le trajet. On peut donc attendre un peu le temps que d'autres passagers arrivent, de même à l'arrivée on peut faire quelques détours pour déposer d'autres voyageurs.
A titre indicatif, nous mentionnons la société Airport Shuttle : 25€ pour la première personne, puis 6€ par personne supplémentaire (bagages inclus).

 

Trajet Rome <-> Aéroport de Ciampino

Par train + Bus - Roma Termini <-> Ciampino
Attention, il y a une gare à Ciampino, mais pas directement à l'aéroport ! Il faut prendre un bus de l'aéroport à la gare, puis le train pour Rome Termini. A la sortie de l'aéroport, vous prenez un bus Cotral/Schiaffini/Atral (coût par personne : 1€) jusqu'à la gare Ciampino città (trajet : ~5 min., un bus toutes les 30 min.), puis le train vers Termini (coût: 1,50€ par personne, 15 min. de trajet, 1 train toutes les 10 min.). Source : http://www.adr.it/pax-cia-treno.

Par bus - Terravision - Roma Termini <-> Ciampino
Plein tarif : 4€ l'aller simple, 8€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 4 ans ou plus).
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins.
Attention : voir les remarques au trajet de/vers Fiumicino ci-dessus.

Par bus - Sitshuttle - Roma Termini <-> Ciampino
Plein tarif : 4€ l'aller simple depuis Ciampino, 6€ l'aller simple depuis Termini, 8€ l'aller-retour (valable pour les voyageurs de 4 ans ou plus).
Gratuit : pour les enfants de 3 ans ou moins.
Attention : voir les remarques au trajet de/vers Fiumicino ci-dessus. Pas d'arrêt au Vatican pour la ligne Ciampino.

Par bus + métro - Cotral/AtralRoma Termini (et autres stations de métro) <-> Ciampino, via Anagnina
Le trajet se fait en deux temps : de l'aéroport à la station de métro Anagnina en bus (Atral, toutes les 40 min., 1,20€ par personne + éventuellement 1,20€ par bagage très imposant - source), puis par le réseau de métro classique (ligne A) où vous pouvez rejoindre Termini ou toute autre station de métro qui vous convient.

Par voiture - Taxi - Rome intra-muros (à l'intérieur du mur d'Aurélien) <-> Ciampino
Prix fixe : 30€, jusqu'à 4 passagers avec bagages.
Vous pouvez être déposé où vous souhaitez dans l'enceinte de Rome, délimitée par le mur d'Aurélien.
Attention, les taxis au départ de Ciampino ne sont pas tous totalement imprégnés du respect absolu des tarifs prédéfinis. Voir ce message (en anglais) pour un retour d'expérience mitigé.

Par voiture - Transfert privé ou partagé : voir trajets de/vers Fiumicino, les tarifs sont identiques.

Le métro à Rome

Rome compte 2 lignes de métro (A et B), se croisant en un point unique, la gare Termini. Le métro dessert les principaux quartiers de Rome (le centre historique, le Vatican, la place d'Espagne, la Villa Médicis, le Testaccio...) sauf le Trastevere et le Janicule. C'est un peu dommage car ces lieux sont très accueillants et un peu moins touristiques... Une fois dans le centre (grosso modo, un rayon d'un bon kilomètre autour de la Piazza Venezia), le métro ne vous sera pas utile (il vous faudra par contre de bonnes chaussures...).

Que ce soit pour la ligne A ou la ligne B, le premier métro part à 5:30, et le dernier à 23:30. Les vendredi et samedi soir, le dernier métro part à 1:30 du matin (source). Tous les renseignements sont disponibles (en italien et en anglais) sur le site d'Atac. Je vous recommande notamment le plan combiné du métro et des trains de banlieue (ici appelés ferrovie regionali, FR).

Le bus et le tramway

Rome dispose d'un réseau de bus très dense, qui vous emmènera à peu près partout où vous voulez aller. Je ne peux que vous conseiller encore le site de l'Atac, notamment la page interactive vous montrant les trajets de bus. Je peux vous citer la ligne 64 qui part de Termini et finit du coté du Vatican, qui passe également par la Piazza Venezia et pas trop loin de la Piazza Navone. Elle complète très bien les 2 lignes de métro pour visiter le centre historique.

De plus, les bus ont aussi leur version nocturne (attention, les trajets ne sont pas les mêmes que durant la journée), ce qui vous permet de rentrer à l'hôtel même si vous avez profité des délices de Rome un peu trop tardivement... Le plan des lignes de nuit (commençant opportunément par 'n') se trouve ici.

Le tramway ne passe lui quasiment pas dans le centre historique, mais dessert notamment le Trastevere (délaissé par le métro).

Acheter vos billets de transports en commun

Tous les transports en commun de Rome sont accessibles avec les mêmes billets. Les tarifs sont les suivants (vérifiés en mars 2015 - source) :

  • Billet simple (B.I.T.) : 1,50€ - Valide pour 1 trajet en métro ou 100 minutes (continues) de bus (changements autorisés pour les bus).
  • Billet journée (B.I.G.) : 6,00€ - Valide une journée calendaire (en fait jusqu'à minuit du jour où le billet a été validé). Doit être inséré dans les portiques du métro, et gardé sur soi toute la journée. Il est théoriquement nominatif (l'utilisateur doit y inscrire son nom). Peut être utilisé de manière illimitée dans tous les métros, bus et trains du réseau de transport romain.
  • Billet 3 jours (B.T.I.) : 16,50€ - Valide 3 jours calendaires (en fait jusqu'à minuit du troisième jour où le billet a été validé), au même conditions que le billet journée (B.I.G.).
  • Billet semaine (C.I.S.) : 24,00€ - Valide 7 jours calendaires (jusqu'à minuit du septième jour où le billet a été validé), au même conditions que le billet journée (B.I.G.).

Attention, il y a pas mal de contrôles dans les transports en commun romains, et l'amende s'élève à 50€. Les tarifs ci-dessus sont pour les transports en commun de Rome (d'autres tarifs peuvent s'appliquer si vous empruntez d'autres réseaux).

Les Roma Pass offrent également accès au réseau de transports en commun de Rome, et peuvent faire ici double emploi. Nous reviendrons sur le Roma Pass un peu plus loin.

Réservation de billets pour les visites et Roma Pass

Nous allons ici essayer de répondre à plusieurs questions : faut-il réserver les billets à l'avance ? pour quelles attractions ? le Roma Pass est-il utile ?

Où faut-il absolument réserver ?

Le plus important, si vous aimez l'art de la Renaissance et de la période Baroque, est de réserver la Galerie Borghèse (informations pratiques plus détaillées sur la fiche du point d'intérêt). Je vous le redis : sans réservation, point de salut ! La galerie a un partenaire pour gérer ses réservations directement (en anglais).

Si vous prévoyez de visiter les musées du Vatican (et, si vous ne l'avez jamais fait, je vous le conseille vivement), là aussi la réservation est fortement recommandée. Vous pouvez faire la queue le matin, mais elle est presque toujours bien longue... Donc n'hésitez pas à passer sur le site officiel du Vatican pour réserver, même si cela vous coutera 4€ par billet en plus du prix sur place. A vous de voir, temps vs. argent...

Dans une moindre mesure, la visite (combinée) du ColiséeForum / Mont Palatin peut être intéressante à réserver à l'avance. Quoi qu'il arrive, ne faites pas la queue au Colisée directement ! Au pied du Mont Palatin, vous pouvez acheter le billet combiné sans faire la queue (en général). Sinon, réservez vos billets en ligne sur le site officiel, avec un surcoût par billet de 2€ (pré-réservation). Des trois billets majeurs à réserver à l'avance, c'est sûrement le moins indispensable. A vous de voir si vous voulez vous balader autour du Palatin, puis finir au Colisée (c'est ce que nous avions fait, et on en était contents).

Les sites gratuits à visiter à Rome

Rome vous montre beaucoup de belles choses sans que vous ayiez à débourser un centime : les places (Saint-Pierre, Navone, Espagne...), fontaines (Quatre Fleuves, Trévi...) ou jardins (Villa Borghèse) sont gratuits.

 

Parmi les monuments gratuits, on trouve le Panthéon et de nombreuses églises, où l'on peut voir des œuvres magistrales :

Les églises de Rome pourraient être l'objet (et l'ont sûrement été) d'un guide en plusieurs volumes, ce qui n'est pas l'objectif de ce billet. Sachez juste que nombre d'entre elles, notamment celles ci-dessus, regorgent de trésors artistiques parfois insoupçonnés.

Le Roma Pass

La question du Roma Pass semble être une question éternelle : faut-il ou non en prendre un ? Si la question est éternelle, c'est que les réponses sont multiples...

Tout d'abord, qu'est-ce que le Roma Pass ? Le Roma Pass est un "kit" comprenant un billet (le "pass") donnant un accès illimité aux transports en commun de Rome (pendant 2 ou 3 jours suivant la version) ainsi qu'à 1 ou 2 (là aussi suivant la version) entrées "gratuites" à choisir parmi ~60 sites touristiques participants, et accompagné d'une carte de Rome, d'un petit guide présentant les attractions participantes et d'un guide des événements en cours à Rome. Au delà des 1 ou 2 visites incluses, vous avez généralement le droit à des réductions pour les autres sites couverts par le pass, réductions qui varient entre 1€ et 4,50€. La liste des sites participants est disponible dans le guide (en italien et en anglais) disponible en ligne. La liste des réductions est disponible ici.

Le Roma Pass est disponible en 2 versions : la traditionnelle version 3 jours (72h) et la version raccourcie 2 jours (dite 48h). Le site officiel se trouve ici.

Le prix (en mars 2015) du Roma Pass 3 jours est de 36€, celui du Roma Pass 2 jours est de 28€.

Vous pouvez vous procurer le Roma Pass en ligne, mais aussi à l'entrée de tous les sites participants, ainsi que dans les kiosques à journaux et autres commerces romains. Il n'est vraiment pas nécessaire de l'acheter avant votre départ, vous pourrez très bien le faire sur place au début de votre séjour.

Attention, le Roma Pass ne donne pas accès aux musées du Vatican, et les transports depuis et vers les aéroports ne sont pas inclus non plus. Par contre, vous avez accès au Colisée / Forum / Palatin (il y a même une file réservée Roma Pass au Colisée), ainsi qu'à la Galerie Borghèse (que vous devez malgré tout réserver - attention, si vous voulez utiliser le Roma Pass à la Galerie Borghèse, réservez par téléphone et non par le site web) et une pléthore d'autres musées et sites archéologiques.

Sur la fonction "coupe-file" du Roma Pass, elle est généralement mise en place pour les 1 ou 2 entrées gratuites. Sinon, pour les billets suivants, vous devrez aller aux caisses (et parfois faire la queue) pour faire appliquer votre réduction.

Alors, est-ce que c'est intéressant ? Nous ne pouvons répondre à cette question que sur un exemple, en comparant le coût avec Roma Pass et le coût sans Roma Pass.

Coût hors Roma Pass de la partie transport équivalente :

  • Pour le Pass 3 jours, vous pouvez acheter un billet de transport 3 jours (B.T.I.) à 16,50€ (voir ci-dessus).
  • Pour le Pass 2 jours, vous devez acheter 2 billets journée à 6,00€ l'unité, soit 12,00€.

L'entrée du Colisée (hors frais de réservation et hors réductions éventuelles) est de 12,00€. De même, une entrée à la Galerie Borghèse est de 11,00€. Soit un total de 23€ pour les 2 entrées, ou de 12€ (la plus chère) pour une seule visite (dans le cas du Pass 2 jours).

Ainsi, on peut faire le simple calcul suivant :

  • Scénario 3 jours :
    • Coût du Roma Pass 3 jours : 36,00€
    • Sans Roma Pass : [Transport] 16,50€ + [2 entrées : Colisée et Galerie Borghèse] 23,00€ = 39,50€ (plus cher que la solution avec Roma Pass)
    • Il apparait que la solution Roma Pass 3 jours est avantageuse, surtout que des réductions supplémentaires peuvent s'appliquer aux visites suivant les 2 premières.
  • Scénario 2 jours :
    • Coût du Roma Pass 2 jours : 28,00€
    • Sans Roma Pass : [Transport] 12,00€ + [1 entrée : Colisée] 12,00€ = 24,00€ (moins cher que la solution avec Roma Pass)
    • Ici, l'intérêt du Roma Pass 2 jours semble plus discutable, et il faudra bien évaluer les gains que vous pouvez obtenir grâce aux réductions additionnelles.

Les avantages du Roma Pass sont donc à bien calculer. Un facteur a néanmoins été déterminant pour nous de ne pas prendre le Roma Pass lors de notre première visite : les transports. Notre hôtel était près de Termini, et nous sommes restés vraiment près du Centre historique. Nous n'avons pris le métro que pour aller au Vatican, et une fois le bus. Cela nous a couté 3€ en 3 jours, bien loin des 16,50€ budgétés dans le Roma Pass. Mais encore une fois, chaque cas est différent, si votre hôtel est un peu excentré, ou si vous voulez découvrir d'autres quartiers plus loin du centre, alors cela peut devenir un bon calcul.

En conclusion, nous n'avons toujours pas répondu à l'éternelle question du Roma Pass ;-) ; j'espère quand même vous avoir donné quelques éléments utiles pour vous faire votre propre opinion.

Rome avec les enfants

Voyager avec ses enfants est un plaisir rare (croyez-moi, ils grandissent vite !), mais qui suppose une surcroit d'organisation et parfois des choix à faire. Soyons honnête, certaines attractions parmi les plus merveilleuses de Rome sont assez peu adaptées aux enfants. Les musées du Vatican par exemple, qui peuvent vous prendre facilement 3 à 4 heures de visite, sont un peu formels pour certains enfants (même si la Chapelle Sixtine leur rappellera sûrement des images qu'ils ont déjà vues).

Par contre, aller à Rome avec des enfants, pour peu qu'on adapte le rythme et qu'on varie les plaisirs, peut être un enchantement.

Les parcs et jardins

Quoi de mieux qu'un espace où les enfants peuvent courir et jouer en liberté ? Rome possède 2 parcs très grands parfaitement adaptés aux enfants (et aussi aux parents) : la Villa Borghèse et la Villa Doria Pamphilj.

La Villa Borghèse est un très grand parc situé près de la Place d'Espagne et de la Piazza del Popolo, facilement accessible depuis le centre. Vous pouvez y pique niquer, mais aussi louer des vélos ou, mieux, des Rosalies, pour pouvoir vous balader jusqu'à 8 personnes. En plus, vous pourrez y prévoir une visite à la Galerie Borghèse, qui dure un maximum de 2 heures (pas trop long pour les enfants).

De l'autre coté de la ville, la Villa Doria Pamphilj vous offre des espaces plus grands encore, bien que moins accessibles depuis le centre de Rome. C'est le parc des "vrais" romains, avec beaucoup moins de touristes, beaucoup de fontaines (on est à Rome...) et plusieurs monuments à admirer. Pour y aller, plusieurs bus sont possibles, notamment le 987 près du Vatican ou du château Saint-Ange qui traverse le parc, ou le 31 qui passe par l'arrêt de métro "Cipro - Musei Vaticani", et enfin la ligne 8 qui vous amène, depuis la Piazza Venezia pas trop loin de l'entrée Via della Nocetta (voir le site d'Atac).

Si vous ressortez du coté de la Porta San Pancrazio, n'hésitez pas à monter sur le Janicule, en passant par le Passeggiata del Gianicolo. Au sommet (attention, ça grimpe !), vous pourrez admirer une des plus belles vues de Rome.

Evidemment, pour les enfants un peu plus grands, la Via Appia et son parc protégé représentent une superbe sortie en famille, qui mêle agréablement vélo, pique nique et sites antiques remarquables (voir plus haut).

 

 

Les monuments et musées à voir avec les enfants

Certains sites classiques de Rome sont également très appréciés des enfants. Le Colisée par exemple, est de ceux-là. Imaginez le stade de France (et ses 80 000 places) transposé dans l'Antiquité romaine ! Les enfants adorent les histoires de fauves et de gladiateurs (sans trop insister sur le coté sanglant pour les plus petits), et le site aujourd'hui permet de facilement se représenter les diverses activités qui s'y déroulaient. C'est sûrement le moyen le plus direct pour sensibiliser les enfants à l'histoire romaine (et donc leur faire un peu mieux comprendre ce qu'ils vont découvrir à Rome).

Pas trop loin du Colisée, vous avez aussi la Bocca della Verita, attraction amusante où les enfants peuvent entrer la main dans la bouche du monument (sans se la faire manger, rassurons les parents).

Dans le centre historique, la Fontaine de Trévi est également appréciée, le lancer de pièces étant toujours amusant (en effet, il est dit que celui qui lance une pièce dans la fontaine devra revenir à Rome pour la rechercher - il faut donc prévoir de la monnaie avant d'y aller).

Une exposition Leonard de Vinci rencontre un franc succès depuis quelques années à Rome. Elle est prévue jusqu'à fin avril 2016, et reconstitue une cinquantaine d'inventions imaginées par Vinci. Les enfants peuvent manipuler ces inventions, ce qui en fait un musée plus interactif et donc accessible.

Rome dispose d'un musée pour enfants, le Museo dei Bambini Explora, qui est contigu à la Villa Borghèse. Rien de culturel ici, mais 1h45 de détente pour les plus jeunes, qui pourront jouer avec d'autres enfants et se défouler avec des jeux conçus pour eux.

Dans le même coin de Rome, vous trouverez le zoo Bioparco, qui présente tous les animaux que les enfants adorent. Un bon moment de détente, pas trop excentré, et agrémenté de petites aires de jeux pour les enfants.

En dehors de Rome : Ostie et plages

Un site plus lointain, mais aussi intéressant pour les enfants que pour les parents, est la ville antique d'Ostie. Ostie était le port de Rome dans l'Antiquité, mais aussi une ville romaine à part entière, avec ses commerces, ses temples et ses fortifications. Mieux conservée et plus évocatrice que le Forum, Ostie est généralement appréciée des enfants. Pour vous y rendre, il y a un train (ligne Rome-Lido) qui relie la station (de train) Porta San Paulo (contigüe à la station de métro Pyramide) au site, via la gare ferroviaire Ostia Antica. Vous rejoignez la station Pyramide depuis Termini par la ligne de métro B. Ce trajet est couvert par les billets de transport de la ville de Rome ainsi que le Roma Pass.

Une fois que vous êtes à Ostie (un port, donc près de la mer), la tentation est grande d'emmener les enfants à la plage. Et bien, le même train que vous avez pris pour aller sur le site antique d'Ostie vous amène près des plages ! Il suffit donc de le reprendre et de descendre soit à Lido Centro (vous êtes à peu près à 600m des plages du Lido, à pied - des bus existent aussi), soit pousser un peu plus loin le train et descendre au terminus Cristoforo Colombo. De là, vous pourrez rejoindre les plages dites cancelli (barrières en italien), bien moins bondées et plus agréables que les plages du Lido. Pour les rejoindre, un bus (numéro 7, Mare – Torvajanica - attention, vous ne pouvez pas utiliser votre billet des transports de Rome ou votre Roma Pass) vous emmène sur une de ces plages (numérotées).

Grâce à nos amis de Wikipedia, je vous montre ci-dessous le détail de la ligne de train sur une carte :

Par Friedrichstrasse [ CC BY-SA 3.0 ou  GFDL], via Wikimedia Commons

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, les plages italiennes sont très souvent payantes. Vous louez à la journée ou à la demie journée un parasol et un transat - comptez généralement entre 5 et 10€ par personne. L'avantage des cancelli est que les plages gratuites sont bien plus grandes et moins fréquentées. De plus, elles sont mitoyennes avec la résidence d'été du président de la République Italienne, et donc plutôt bien entretenues...

Je vous résume sur la carte ci-dessous les différents lieux autour d'Ostie - j'y inclus les points de baignade avec leur propreté mesurée par les autorités italiennes (clonez le voyage pour détailler les informations sur chaque lieu).

 

 

Où dormir ? Où manger ? Où sortir ?

N'ayant pas un gout démesuré pour l'encyclopédisme, je ne vais pas vous faire une longue liste de tous les hôtels ou restaurants de Rome (ne me remerciez pas...).

Je peux partager avec vous quelques adresses que j'ai appréciées, ou qui sont vraiment populaires (et justifiées). Sinon, la source d'informations la plus à jour reste le web, et n'hésitez pas à laisser vos avis sur FairplayTrips. En effet, nous essayons ici de construire une base de données libres sur le tourisme, une sorte de Wikipedia non pas du savoir humain (Wikipedia est géniale pour cela, et nous nous en servons), mais du tourisme mondial, où tous les lieux seraient référencés et où chacun pourrait exprimer son avis sous licence libre.

Où dormir ?

Rome compte plus de 1000 hôtels, et plus de 3000 chambres d'hôtes. Et aujourd'hui, grâce à des sites comme Airbnb ou HomeAway, vous avez accès à des chambres chez l'habitant ou carrément des appartements en plein cœur de Rome (et on parle ici de milliers de possibilités...).

Vous donner des conseils et des bonnes adresses seraient à mon avis contre productif, vu également la grande volatilité de ces offres, et leur disponibilité intermittente.

A moins que vous ne tombiez sur un bon plan (un appartement d'amis libre par exemple), je peux juste vous donner les conseils suivants :

  • Lister les lieux que vous voulez visiter (après tout, on ne va pas à Rome pour le logement).
  • Essayez de trouver le logement correspondant à vos besoins (enfants ou non, romantique...) et à votre budget soit pas trop loin du centre (vous avez beaucoup d'hôtels évidemment dans le centre historique, mais aussi dans le quartier du Prati - près du Vatican - et près de la gare Termini), ou alors près d'une station de métro (les bus sont plus aléatoires, surtout si vous vous éloignez du centre).
  • Si vous êtes en mode "week-end 3 jours découverte", ne vous éloignez pas trop du centre, vous gagnerez du temps. 
  • Lorsque vous réservez, essayez de privilégier la relation directe avec votre hébergeur (hôtel notamment). En effet, si vous passez par un site de réservation en ligne comme Booking.com, ce dernier garde à peu près 20% de commissions, qui ne vont pas à l'hôtelier. Autant se passer d'intermédiaires si on peut...

Par contre, grâce à la commune de Rome (Roma Capitale) qui met ses données à disposition sous licence libre, nous avons pu importer dans FairplayTrips tous les logements référencés par la ville (au total ~7800 !), par type (non seulement les ~1000 hôtels, mais également les ~3500 Bed & Breakfast et maisons d'hôtes de la ville, les ~10 campings ou encore les ~2700 appartements de vacances que comptent la ville). A ce stade, nous n'avons pas les tarifs ni les disponibilités, mais au moins vous pouvez avoir une vision d'ensemble de tous les logements touristiques de Rome.

 

Où manger ?

Autant vous le dire tout de suite, bien manger à Rome n'est pas très compliqué. Votre principal écueil sera d'éviter les classiques "pièges à touristes" (il y en a à Rome comme à Paris ou dans n'importe quelle destination touristique au monde).

Comme pour le logement, la source d'informations la plus à jour reste Internet. Les guides papier vous conseillent généralement bien, même si j'ai constaté deux écueils : certains de mes guides étaient "d'occasion" et un peu datés, et quelques adresses n'étaient plus tout à fait à la hauteur des évaluations faites. L'autre petit souci est la popularité du guide lui-même : vous ne serez pas le seul avec votre Routard sous le bras, et il y aura parfois beaucoup plus d'étrangers que de locaux dans ce restaurant "typique" de Rome qui vous sera indiqué. La rançon du succès je suppose...

Sinon, suivez aussi votre instinct, vous pouvez découvrir la bonne cuisine romaine pas trop chère dans de nombreux endroits, il n'est pas nécessaire de tout planifier.

Comme partout ailleurs en Italie, il y a différents types de restaurants qui peuvent vous convenir à différents moments de la journée :

  • Osteria / Trattoria : un restaurant familial, pas trop cher, où on vous sert de la cuisine traditionnelle faite maison (entre autres, des pates). Dans les lieux touristiques, vous pouvez y trouver également des pizzas. L'osteria est encore plus simple que la trattoria.
  • Ristorante : un restaurant, mais qui se veut plus "gastronomique" qu'en France (donc plus cher qu'une trattoria). Néanmoins, comme toute règle a son lot d'exceptions en Italie, il arrive que des trattoria se désignent "ristorante" pour essayer de monter en gamme et, inversement, que des ristorante essaient de paraitre plus locaux en se présentant comme "trattoria"... Attention, les restaurants italiens vous facturent souvent le couvert (pane i coperto) en plus des plats que vous commandez (en général, de 2 à 5€ par personne). A prendre en compte dans le budget...
  • Pizzeria : comme en France, mais à Rome, pas mal de trattoria ont aussi un four à pizza. Par contre, vous trouverez plusieurs échoppes de restauration rapide vous présentant de délicieuses pizza à taglio (pizza à la part), vendues au poids (comptez moins de 5€ la part), que vous mangez comme un sandwich (sur place, debout, ou à emporter).
  • Paninoteca : sandwicherie à l'italienne, très pratique si vous voulez manger vite (et bien), ou acheter à emporter pour aller faire un pique nique. Comptez ~5€ pour un panino (un panino, des panini) bien garni, avec souvent des ingrédients frais de bonne qualité.
  • Bar / caffé : en Italie, un bar n'est pas qu'un lieu de sortie nocturne, et s'apparente plus à notre café français ou un pub irlandais, où on peut passer à plusieurs moments de la journée (un café le matin, un panino à midi, un verre de vin le soir).
  • Enoteca : le bar à vin italien, où vous pouvez très souvent manger, en plus de gouter aux spécialités viticoles locales. Les gammes de prix sont ici très larges (du très cher au très abordable), aussi renseignez vous avant d'entrer...
  • Gelateria : la glacier italien, vous en trouvez partout dans Rome. S'il fait beau lors de votre séjour, laissez vous tenter au gouter par une gelato, vous ne serez généralement pas déçu...

D'expérience, et pour nous garder du temps (et du budget...) pour nos visites, on mangeait souvent des panini ou des pizzas à taglio le midi, c'est rapide, très bon et cela cale bien pour le reste de la journée. Le soir, il est souvent agréable de prendre plus son temps dans un restaurant (et faire honneur au slow food italien), puis de terminer la soirée par une balade digestive dans la nuit romaine, qui donne une autre couleur aux beautés de la ville.

 

Où sortir ?

Etant maintenant père de famille, je ne fréquente plus assidument les boites de nuit et autres bars nocturnes. Donc, attention, je ne vous transmets ici que le résultat de mes recherches, que je suis loin d'avoir toutes fréquentées personnellement. Si vous avez des lieux précis à faire découvrir, laissez-nous un commentaire, vous aiderez les apprentis "clubbers" de Rome...

Donc, si vous êtes dans le centre de Rome et si vous ne craignez pas trop de rencontrer des touristes, vous avez pas mal de "late bars" et de boites de nuit autour de la Piazza Navone, ainsi qu'autour du Campo dei Fiori. Attention tout de même aux arnaques, et aux gens qui vous rabattent trop ostensiblement dans la rue... Vous trouverez également des bars et autres endroits où écouter de la musique (Jazz notamment) près de la place d'Espagne, toujours dans le centre.

Si vous voulez sortir comme un "vrai" romain, il faudra vous éloigner un peu du centre, et vous rendre vers le quartier San Lorenzo, aux alentours de la piazza Dell'immacolata. Vous y trouverez des bars avec concerts et autres boites de nuit, dans une ambiance plutôt jeune et étudiante. Un peu plus à l'est, vous trouverez le quartier de Pigneto, où une partie de la Via del Pigneto est piétonne (isola pedonale) et rassemble les bars et salles de concert du quartier.

Dernier lieu de sortie fréquenté par les romains est le quartier du Testaccio. Autour du Monte Testaccio (colline artificielle faite d'amphores de l'antiquité romaine) se trouvent une longue litanie de bars et de clubs, pour tous les gouts musicaux (techno, R'n'B, rock...).

Juste un petit mot de précaution : si vous sortez dans les quartiers "chauds" de la ville et que vous êtes identifiés comme touriste, j'ai entendu ça et là quelques histoires de tabassage et rançonnage par des nostalgiques de Mussolini. Les videurs de certaines boites de nuit sont apparemment assez permissifs par rapport à ces débordements. On peut rencontrer ce genre de problème partout dans le monde, pas seulement à Rome, et 99,9% des touristes nocturnes n'ont aucun souci avec les italiens souvent charmants, mais gardez juste en tête que vous pouvez parfois mal tomber...

 

Voilà, c'est fini...

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, sur Rome et ses charmes. J'espère que ce billet vous rendra quelques services au moment de votre visite, et vous aura transmis un peu de l'amour que j'ai pour cette ville...

Si vous aimez comme moi savoir où vous mettez les pieds en vacances, n'hésitez pas à vous servir de ce voyage sur FairplayTrips. Vous pouvez, en haut à droite de la page, le "cloner", c'est à dire le copier pour votre propre utilisation. A partir de là, vous pouvez librement le modifier, l'enrichir et le réorganiser pour qu'il soit exactement comme vous le souhaitez. Et vous pouvez même l'emmener partout avec vous, pour avoir accès à toutes vos informations sur votre mobile ou tablette, et, par exemple, avoir la carte de Rome sur place, même sans connexion Internet. Bref, regardez les vidéos si le cœur vous en dit...

Si vous voyez des erreurs ou des omissions (et je suis sûr qu'il y en a), n'hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous. De même si vous avez de bonnes adresses et d'autres astuces à partager...

Because you trip is like no other's

You find this trip useful? It inspires you to build your own?

Then, just do it!

With FairplayTrips, you can adapt an existing trip to organize yours at your exact own taste.

Just clone this trip, and off you go!